Les chroniques du roi vagabond tome 1

scénario d’Alvaro Prieto

Story board d’Oscar Martin

Couleurs de Raul Moreno

Voici donc le premier tome d’une nouvelle trilogie, Les chroniques du roi vagabond. Au commencent, Ori est plutôt un vagabond, aventurier toujours en quête d’artefacts et de trésors précieux. Il semble que ses recherches valent plus pour leurs péripéties que leurs résultats. Alors qu’il vient d’échouer l’une de ses quêtes, un homme vient lui rappeler son passé. C’est son ancien maître qui nous présente la face royale cachée de ce jeune homme. Au-delà de son destin, il y a les personnages qu’il a laissé derrière lui : son père qui vient d’être assassiné et ses amis qui seraient en danger.

image

Malgré sa soif d’aventures, Ori traîne un peu des pieds pour retourner sur les traces de son enfance. Pourtant, il revient dans cette cité où se trame une lutte entre plusieurs sectes pour le pouvoir. Notre héros, de moins en moins vagabond, mène alors une enquête. A la manière d’un comte de Monte Cristo, il se dissimule même auprès de ses amis. Il sait qu’il ne se sent pas chez lui et ne peut être à visage découvert.

Ce premier album est porté par un souffle d’aventures tant dans les péripéties que la soif de mystère habitant le héros. Ori est un personnage qui réunit humour et profondeur, dynamisme et nonchalance. Dans chaque scène, il se relève de plus en plus. Ce qui pourrait le rendre distant en fait un personnage insaisissable. Pour autant, le mystère central ne sacrifie pas l’histoire. Le scénario et le travail de story board permettent un équilibre narratif efficace. Les auteurs arrivent à nous raconter Ori et son enquête, les deux étant entremêlés.

image

Les dessins et les couleurs installent une ambiance fantastique au milieu de ce désert. Les décors et les paysages sont très envoûtants. Les couleurs très sobres expriment toute la violence de ces luttes de pouvoir.

Les dernières planchent glissent vers une tragédie et une mélancolie qui justifient pleinement l’existence d’autres tomes, permettant de comprendre cette mystérieuse cité des couleurs et ses habitants.

Le premier mensonge est publié chez Delcourt  au prix de 14,50€.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s