… Jean-Philippe Blondel

Malgré une arrivée rendue difficile par un GPS en fin de batterie, Jean-Philippe Blondel arrive très souriant à la Librairie Nouvelle d’Orléans.

Bonjour Jean-Philippe Blondel. Vous publiez, chez Buchet Chastel, Mariages de saison. L’histoire de Correntin, vidéaste de mariages que nous suivons au cours d’un été semble-t-il comme les autres. Il sera ponctué de weekends de mariages. Mais il y a cette idée que cet été pourrait être un peu différent des autres.  

Oui, ce qui m’intéressait c’était de mener de front, à la fois, la narration des mariages en tant que telle et le fait que ces mariages, ceux de cet été là, ceux que Corentin filme, vont influer sur sa vie, vont lui faire prendre enfin une direction. Il est dans une période où il se cherche et c’est grâce aux mariages qu’il va filmer cette année là qu’il va prendre une direction dans sa vie.

Il se cherche un peu mais les autres, ses parents, son parrain avec qui il travaille et ses femmes, car il a beaucoup de femmes dans sa vie, essayent de l’aider à se chercher ou veulent qu’il se cherche. 

Il a 27 ans, tout le monde s’inquiète pour lui car il est un peu en stand-by. On le sait bien, quand quelqu’un n’est pas tout à fait dans la norme, on cherche à le remettre sur les rails. Donc gentiment, son entourage essaye  de l’aider. Après, il faut qu’il trouve son chemin tout seul.

Pendant la lecture, on est dans une bulle estivale. Pourtant, pour Corentin, c’est une période de travail, la seule de l’année. 

C’est l’été, les weekends d’été, des mariages, ce ne sont que des moments particuliers. On va de bulle en bulle. Ce dont on s’aperçoit à la fin c’est que ce héros regarde tout le temps et traverse une profonde dépression. Personne ne s’en rend compte car il est là les jours de bonheur intégral.

Le rythme de ce roman tient au jeu de contrastes. Le lecteur est entre un personnage principal qui n’est pas bien et tous les autres qui sont heureux d’assister à des mariages. L’ambiance varie entre les préparatifs des mariages, répétitifs à l’ennui et des moments de hasard, tellement surprenants mêmes pour des habitués de mariages comme Corentin ou son parrain. 

Les mariages ne se passent jamais comme on voudrait. Il y a toujours des évènements imprévus, ce qui donne du sel à la journée. Ce sont des choses qui vont le faire réfléchir, qui vont l’orienter, vers des aventures professionnelles, vers des aventures sentimentales.

Qu’est-ce qui est à la base de cette écriture. Vous avez toujours voulu être vidéaste de mariages et ce fut une révélation? Est-ce que vous avez une passion pour les mariages? l’été? 

Pas du tout. Il se trouve qu’au départ il y a une rencontre, quelqu’un qui est devenu un ami. Il était surveillant au lycée. Il avait 27 ans et m’a raconté un jour, entre deux cigarettes à la grille du lycée, ce qu’il faisait le weekend, vidéaste de mariages. Je suis rentré chez moi en me disant « ce n’est pas possible, je l’aie, j’ai l’idée ». Nous nous sommes revus. Je lui ai demandé des détails, techniques surtout, et après, tout est venu de manière très fluide. J’avais très envie de parler de mariages et de quelqu’un qui filme. Je pense qu’au départ, contrairement à ce qu’on pourrait penser comme référence cinématographique, il n’y a pas Quatre mariages et un enterrement mais plutôt Sexe, mensonges et vidéo.

Comme dans le film de Soderbergh, il y a l’importance des confidences, des révélations. Entre les mariages, il y a le projet de Corentin, de filmer des gens, de profiter de la caméra pour donner leur occasion de se livrer, de se confesser. 

Suite au premier mariage où la mariée lui demande de venir filmer une déclaration à son mari, Corentin se dit qu’il a envie d’écouter ses proches, leur laisser lui parler. C’est comme s’ils lui écrivaient des lettres, mais devant la caméra pendant qu’il est en train de filmer, pendant qu’il se fait oublier. Je trouve que c’est une belle idée de la mariée, loin du côté très spectaculaire d’un mariage et proche d’une confession. l

Corentin, par cette passion pour les films, est un observateur. Est-ce que c’est gênant d’avoir un personnage en retrait et qui ne va pas bien? Est-ce que vous n’êtes démangé par le fait de vouloir le bouger?

Non. Ce sont les autres personnages qui doivent lui dire qu’il aille mieux. Pour moi, tout était jouissif dans ce roman, tous les personnages, toutes les situations. Ca a été un réel bonheur.

Vous avez créé de très belles femmes.

C’est un peu ma marque de fabrique et je le découvre de roman en roman. J’ai très souvent des héros masculins un peu dans l’expectative, à pas trop savoir quoi faire, où mettre les pieds et des femmes qui décident. Derrière chaque grand homme, il y a une grande femme. Derrière chaque femme, il y a un petit bonhomme. J’ai des personnages de femmes fortes et d’hommes un peu en attente, un peu en dilettante.

Autant les femmes s’expriment très rapidement, très facilement, autant les hommes mettent du temps à exprimer leur sincérité. Comment dosez-vous cette évolution ? est-ce que vous travailliez et retravailliez le manuscrit ?

L’écriture c’est, et c’est bizarre de le dire, quelque chose qui me vient très naturellement. Je ne sais pas où je vais mais une phrase qui me guide. Je savais que je racontais l’histoire d’un vidéaste de mariages mais je ne savais comment allaient se passer ces différents mariages. Je réfléchis en écrivant. Je reviens assez peu sur ce que j’ai écrit, mis à part les correction d’usage. Cette façon de faire convient très bien quand on écrit un personnage qui se cherche.

Les prénoms de vos personnages ne sont pas anodins. Comment les choisissez-vous ? 

Ma seule obsession pour les prénoms est que ce soit ceux de personnes qu’on puisse croiser dans la vie de tous les jours. Je ne veux pas de prénoms alambiqués. Je pense souvent à des gens que j’ai croisés et leurs prénoms se trouvent dedans comme par hasard.

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s