Les Spectaculaires tome 1

Scénario de Régis Hautière

Dessins d’Arnaud Poitevin

Couleurs de Christophe Bouchard

Paris, début du XXème siècle. Un couple batifole sur les toits mais leur badinage est interrompu par l’arrivée d’un homme volant fumant le cigare. Il plonge alors dans les airs. L’existence de ce superhéros trouve son explication à une rencontre arrivée quelques semaines plus tôt. Le professeur Pipolet, scientifique farfelu et inventif, est en rendez-vous avec un homme mystérieux dont on ne discerne que l’ombre. Il est le commanditaire du scientifique qui lui explique être arrivé au bout de ses recherches. L’homme tire alors sur le professeur avec l’une de ses propres inventions, le pistolet au canon coudé. Ayant survécu, le professeur Pipolet trouve, dans le cabaret des ombres, une troupe de faut acrobates (mais vraies personnalités dont le futur homme au volant au cigare) son unique solution pour sauver l’humanité. Il a créé une arme tombée entre les mains d’un fou. Les saltimbanques deviennent l’unique espoir de l’humanité. Grâce aux inventions de Pipolet, ils deviendront spectaculaires.

spect02.jpg

En commençant par une référence au Mépris et à Batman, cette BD prouve son sens de l’aventure et de l’humour. Les auteurs arrivent à raconter une aventure folle avec des personnages excentriques et des répliques ciselées sans souffrir d’une mise en place trop longue et fastidieuse. Pour cela, ils utilisent de nombreuses références qui n’alourdissent pas le récit mais l’éclairent. Le dosage est d’autant plus réussi quand on s’aperçoit de la richesse des ingrédients présents en fin de lecture. De plus, certains thèmes bien qu’ils ne soient pas forcément novateurs (obtenir la paix en inventant des armes, la place des femmes,…) sont traités d’une manière plus actuelle. Les trouvailles scénaristiques (la mémoire inégale de Pipolet, le caractère de chacun des spectaculaires) dynamisent toute cette histoire. Chaque personnage apporte un véritable souffle romanesque.

spect03.jpg

Les dessins restituent l’ambiance du début du siècle dernier et s’amusent de la fantaisie des trouvailles du professeur Pipolet. Les décors sont particulièrement réussis et les lumières très subtiles. Certaines cases arrivent à faire naître une émotion au milieu de la folie de l’histoire, ce qui renforce les personnages. Le story board est également pleinement réussi car les gags et les chutes sont adaptés à une planche. Un gag se clôt à la fin de la double page et la suivante rebondit allègrement sur la situation précédente. Cette rigueur des grands auteurs de BD sert à merveille cette aventure spectaculaire.

Le tome 1 des Spectaculaires, Le cabaret des ombres, est publié chez Rue de Sèvres au prix de 14€.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s