Une sale affaire

Florence, 1964. Casimiro prévient son ami, le commissaire Bordeli, de la découverte d’un corps. Or, revenant sur les lieux, les deux hommes ne trouvent plus rien. Un chien les attaque, le commissaire l’abat mais quelques minutes plus tard, le cadavre a également disparu. Ce mystère se double d’une enquête douloureuse. Le corps d’une petite fille est retrouvée. Bordeli n’a aucun indice. Un deuxième corps, toujours une petite fille, est repéré. Toujours aucune piste pour ce commissaire malgré toutes les personnes qui sont liées à ces macabres découvertes. Le commissaire se met bien sûr en tête de résoudre ces deux affaires, les meurtres de petites filles et la disparition de son ami Casimiro.

Ce roman emporte par sa construction réussie. L’auteur arrive à mêler les deux enquêtes en laissant le lecteur imaginer les liens entre elles. Cette maîtrise du suspense est d’autant plus impressionnante que le commissaire a peu d’indices. Le lecteur pourrait alors décrocher et trouver tout cela trop vague. Mais les personnages réussissent à installer de vrais mystères. C’est donc tout un florilège de personnalités hautes en couleur que nous découvrons. Parmi ceux-là, les femmes ont une place très privilégiée. Que ce soit l’ancienne prostituée ou la chercheuse, elles bénéficient de vrais scènes et de très beaux dialogues. L’histoire est enrichie d’une nostalgie entretenue. Bordeli ne cesse de penser à la deuxième guerre mondiale. Il regrette une époque plus manichéenne et plus simple, ce qui l’amène à toujours penser les dérives de la société actuelle. Bordeli, face à une descente de flics injustifiée, fait un parallèle avec la dictature nazie contre laquelle il a lutté. Le commissaire, tout en étant acteur d’un système, ne cesse de le critiquer et de regretter un temps où l’éthique existait.

Ce roman de Marco Vichi traduit par Nathalie Bauer est publié par Philippe Rey au prix de 18€.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s