Regarde les lumières mon amour

Ce livre est le journal tenu par Annie Ernaux entre 2012 et 2013. Elle y raconte ses trajets dans un hypermarché. Elle déambule dans les rayons et nous décrit ce monde, ses évolutions et ses constantes, pendant plusieurs mois.

Ce livre est aussi court que riche. Annie Ernaux met des mots sur ce qui pourrait paraître anodin : un hypermarché. Mais la force de ce texte, au-delà de l’écriture, réside dans les propos et les interrogations qu’il pose. Rien ne semble échapper à son regard, autant la diversité des clients que les emballages des produits (de meilleure qualité pour les animaux que pour le super discount). Le texte devient drôle quand une observation rappelle une anecdote vécue. Il se fait poignant quand, derrière une pratique commerciale, se cache une manière de cadrer la société et de l’encadrer. Le client est observé par le supermarché dans ses pratiques et ses comportements d’achats. Alors quand l’auteure décide de le regarder en face et de l’observer à son tour, cela devient plus gênant. Un vigile lui interdit par exemple de prendre des photos. Par ses mots et son récit, Annie Ernaux parvient à dresser un portrait du supermarché, cet endroit que tout le monde côtoie mais semble en ignorer la réelle portée. Elle parle autant des clients que des produits, de nos désirs et de celui qui nous les offre, cette arène commerciale.

Ce livre d’Annie Ernaux est publié par Folio au prix de 5,90€.

Publicités

Un commentaire Ajoutez le vôtre

  1. J’ai bien envie de le lire ! Merci pour la découverte

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s