Azil 1. chez Gaëtan Becpincé

Scénario de Jean-Marie Omont

Dessin de Tanja Wenisch

Tombé d’un bâteau, un ours en peluche est récupéré par un instituteur. Il le baptise Azil et décide d’en faire la mascotte de la classe. Chaque enfant devra s’en occuper pendant le weekend. Azil, passant de mains en mains, découvrira tout un monde et vivra de nombreuses aventures.

Malgré sa condition de peluche, Azil n’arrête pas de parler et de nous livrer ses pensées. Son regard sur le monde, celui de l’école, des enfants, des parents est drôle et plein d’interrogations. En plus des péripéties drôles et légères, les auteurs n’hésitent pas à place cet ours, personnage innocent par excellence, face à des questions d’actualité. C’est un moyen d’amener en douceur la connaissance de certaines situations. Par exemple, au début, Azil explique qu’il vit dans un monde ensoleillé qu’il a du quitter du jour au lendemain. Très subtilement, la guerre est évoquée ainsi que la fuite de la petite fille qui possédait Azil. Ce rapport au monde est également présent par la rencontre avec les gitans et les aprioris véhiculés par les adultes. Cet album mène les enfants vers des chemins de découvertes.

Cet album jeunesse est publié par Les Editions de la Gouttière au prix de 10,70€.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s