Des femmes qui dansent sous les bombes

Dans un pays d’Afrique non précisé, une jeune femme, Séraphine, voit sa vie détruite et sa féminité meurtrie par des miliciens. Elle est sauvée in extremis par une troupe, « Les lionnes impavides ». Sous la tutelle de Blandine, elle y apprend à manier des armes, utiliser la violence au sein d’une nouvelle famille. Cette armée est là pour défendre la paix dans leur pays.

La paysanne a encore la bêche entre les mains mais l’homme n’a pas peur, il sait bien qu’elle n’aura jamais l’idée de s’en servir. La soumission est ancrée, la soumission est une norme d’éducation qu’on ne saurait renier. Quand l’homme possède les armes on baisse les yeux, on avale la terre, on avale les larmes, on avale ses rêves, on obéit. L’homme n’a pas besoin d’une fourche dans les mains pour avoir les armes. L’homme est fort parce qu’il est l’homme. C’est tout. Les clés de la révolte ne sont pas données à toutes les femmes. 

Construit en quatre parties, ce roman est un long zoom sur Séraphine. L’auteure nous rapproche de cette femme qui a tout perdu, qui aurait du mourir et que la survie a obligé à vivre. La force de cette femme est présente dans toutes les phrases de Céline Lapertot. Le rythme du roman est lent et l’écriture est vive. Les phrases résonnent mais l’auteure garde la même logique dans chaque partie. Cela commence par un narrateur omniscient, ensuite par le point de vue de Séraphine puis celui d’un tiers. C’est une manière très didactique de brasser très largement le sujet. Céline Lapertot interroge la place de la femme, de la violence et de la légitimité des méthodes dans le combat pour le paix. En se rapprochant de Séraphine, des autres Lionnes et de ces hommes (souvent immondes), on touche une humanité à bout de nerfs et de moyens. Malgré la répétition d’une construction narrative, la force du propos émeut et interpelle la conscience. Céline Lapertot pose la question de la justice sur terre et de l’égalité entre les femmes et les hommes.

Ce roman de Céline Lapertot est publié par Viviane Hamy au prix de 18€.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s