Un homme cruel

Ce livre est la biographie d’un acteur oublié, star incontesté des débuts du cinéma, le comédien Sessue Hayakawa. De sa naissance en 1889 à son retour dans le film Le pont de la rivière Kwaï en passant par sa relation avec sa femme aimée et ses films, Gille Jacob dresse le portrait d’un homme qui a su séduire le monde.

Quand, se sentant d’attaque, il redescendra de la montagne, son oncle d’Osaka, directeur de tournées de bugaku, de bunraku-za et de nô, suggérera, avant tout projet, de réparer l’oreille. Aussitôt, les consultations se succèdent. Mais il y a dispute entre spécialistes. On décide de s’en remettre à un éminent confrère, un oto-rhino-laryngologiste diplômé d’Autriche-Hongrie qui, paraît-il, fait des miracles en greffant le tympan d’un mort à l’extrémité d’un nerf auditif détérioré. Pour que l’opération réussisse, il faut cependant prélever le tympan moins de trois heures après le décès. 

Ce livre s’inscrit dans le genre difficile et délicat de la biographie. Il se range du côté du roman plus que de l’étude. Le style est simple et la narration fluide. Gilles Jacob n’embarrasse pas son texte de notes de bas de page, ce qui peut soulager certains. Toutefois, cette plongée dans la culture japonaise et le cinéma muet pourraient justifier des recadrages plus forts. Ce livre n’évite pas les écueils du « roman biographique » : gommer les nuances; réduire la longueur d’une réflexion sur sa propre vie pour faire ressortir des moments précis, symboles de tournants; créer des coups d’éclat. Heureusement, ce roman sort souvent du panégyrique pour mieux se rapprocher des particularités de Sessue mais qui sont celles de nombreux japonais nés à la fin du XIXème siècle, de nombreux acteurs du cinéma muet, de nombreuses stars déchues, de nombreux hommes qui aiment trop. Quand Sessue Hayakawa a vécu, subi ou vu des choses de son temps, il se charge ainsi de son époque et ces quelques bribes apparaissent dans le livre de Gilles Jacob. Que ce soit l’opération de son tympan, son premier américain d’importance aux conséquences indéniables, sa relation avec sa femme, Gilles Jacob en prenant le temps de l’histoire permet de comprendre de quoi est fait son sujet. Cela ne fait pas du sujet une exception mais un être de son temps. Sessue devient alors un être banal car on peut supposer que de nombreuses personnes ont vécu la même chose. Ces épisodes par leur simple véracité installe une authenticité dans l’écriture de Gilles Jacob. Le retour de la banalité permet alors de rappeler que chaque vie se poursuit sur un territoire donné, à une époque précise et que même une étoile ne peut sortir de la constellation qui l’a vu naître.

Ce livre est publié par Grasset au prix de 20€.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s