Infinity 8 L’évangile selon Emma (tome 3)

Scénario de Fabien Vehlmann et Lewis Trondheim

Dessin d’Olivier Balez

Infinity 8 est le nom d’un vaisseau spatial qui transporte plusieurs espèces d’êtres. A sa tête, le capitaine (une grande limace blanche et bleue) capable de maîtriser le temps. Ainsi, au bout de 8 heures, le capitaine peut décider de remonter le temps (un reboot). Le vaisseau est déjà dans sa 3ème boucle temporelle. Le marshall Emma Ô-Mara est chargé de mener une enquête sur une nécropole explosée en plein espace et bloquant l’avancée du vaisseau. Mais le marshall a une idée derrière la tête…

infinity8-t3-p5.jpgLa série Infinity 8 menée par Lewis Trondheim et Olivier Vatine a déjà présenté 3 tomes. Chacun brille par sa personnalité (scénaristique et esthétique) dans un univers commun. Dans ce troisième tome, les scénaristes développent une histoire complexe et parfaitement tenue. Chaque personnage est motivé par une recherche du passé. Le Marshall par un texte ancestral, la voix d’un prophète dont la religion sauverait le monde. Autour de ce marshall, des ambitieux voleurs de trésors anciens. Chaque tome de cette série repose sur une contrainte temporelle (celle de la boucle, du reboot au bout de 8 heures) et cela permet à cette histoire de prendre son temps pour aborder un sujet délicat : la religion et plus généralement la croyance. Tout l’espoir d’Emma repose sur ce texte, cette parole du passé qui devrait éclairer le présent et le futur. Il y a donc un enjeu fort qui installe facilement une émotion très sincère d’Emma. Le personnage est authentique, convaincue, déterminée mais fragile car sa vie suit un équilibre délicat (la parole religieuse, sujette aux interprétations).

Les dessins, différents des deux précédents tomes, installent un design très simple, loin de l’héroïne pin-up mais plus proche des femmes des années soixante. Emma est distinguée, élégante, changeant de tenue à chaque page. Cette élégance de mise en scène est étonnante car elle laisse venir également des moments de véritable action. Mais nous sommes loin du spectaculaire pour un rendu plus réaliste, plus violent. Ces choix responsabilisent énormément Emma, sa force (physique, religieuse…) et la fatalité qui pourrait advenir en cas de déception. La dernière case signe une fin bouleversante avec un regard caméra captivant. C’est aussi émouvant que cruel.

Cette BD est publiée par Rue de Sèvres au prix de 17€.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s