Quand sort la recluse

Adamsberg, au cours d’un séjour aux accents d’exil en Islande, reçoit un message réclamant sa présence à Paris pour résoudre une enquête délicate. En jeu, une histoire d’adultère ayant provoqué un meurtre. Mais, une fois sur place, ce n’est pas le meurtre qui attise la curiosité du commissaire mais des drôles de coïncidences avec des piqûres d’araignées, des recluses.

Et donc, tu vois cela dans les brumes, dit tranquillement Veyrenc en reprenant leur marche. 

Oui. Que veux-tu que j’y fasse?

Ce que tu fais. Je ne vois pas dans les brumes. Mais il m’arrive de voir un peu devant.

Et que vois-tu, devant?

Eh bien, cette ombre, Jean-Baptiste. 

Ce roman est dans la suite du précédent tome mettant en scène le commissaire créé par Vargas. Le prétexte qui provoque le retour d’Adamsberg est très vite éclipsé par le mystère de ces araignées. Cette cohabitation est déséquilibrée car la première enquête est un prétexte léger, convenu et peu exploité. Les trois-quarts du roman développent la force de ce petit animal qui plonge le lecteur dans un passé trouble. Cette immersion dans un institut pour enfant est réussie par la cruauté développée par les jeunes pensionnaires. Face à celle-ci, Adamsberg semble perplexe, un perdu, lui aussi marqué par une rencontre inattendue. Ce retour en arrière promet beaucoup et est l’une des forces de l’intrigue. Bien que rapidement la résolution soit limpide, la lecture tient par les portraits psychologiques. Les explorer devient un enjeu du roman mais il est dommageable que Fred Vargas n’est pas plus porté son intérêt sur les coupables que les victimes. Rapidement, le roman faiblit, le rythme n’est plus tenu. Reste des constats percutants et saisissants, que ce soit le début en Islande ou la découverte des traumas d’enfance. La cruauté est un sentiment que Fred Vargas sait capter et récupérer.

Le roman de Fred Vargas est publié par Flammarion au prix de 21€.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s