Le pays qui vient de loin

Jérémie retrouve son père, Daniel, à cause de la mort du patriarche. Les deux hommes décident de lui rendre hommage en finissant la coupe du bois. C’est une manière de discuter du passé, de comprendre pourquoi ils se sont manqué et si un autre chemin est possible.

Il devait être aux alentours de minuit, Jérémie ne parvenait pas à s’endormir. Il se sentait agité, assailli, le cerveau pire qu’un standard saturé. Il entreprit des exercices de respiration, inspirant, expirant lentement. Il finit par se lever et s’appuya sur la fenêtre, le front contre la vitre fraîche, constellée de givre. Dehors, il n’y avait rien à voir, pour l’heure, c’était à l’intérieur que tout se jouait. Il tenta de brider les pensées échevelées se télescopant, désordonnées, dans sa tête. D’abord il dénombra les souvenirs personnels qu’il possédait du grand-père. À commencer par sa petite pogne dans la main longue et décharnée du vieux.

André Bucher, dès ce premier roman édité à nouveau en poche, a développé une écriture sensible et sincère. Il nous mène à la rencontre de personnages blessés tentant de revenir à la source, cherchant un repos de l’esprit. Dans ce texte, il s’intéresse à la figure paternelle. Il y a le père qui meurt, le père qui a laissé sa famille. En bloquant Daniel et son fils Jérémie dans un devoir de mémoire, il les oblige au dialogue et à l’échange. André Bucher met en scène une forme de confession avec des non dits et des sous entendus. C’est drôle, fugace et émouvant. Au sein de cette nature dont les pouvoirs sont magnifiés par l’auteur, les personnages ne jouent plus de rôle et atteignent un grand niveau de vérité. Autre fait remarquable, la capacité du romancier à éviter les pièges et lourdeurs d’un roman familial ou naturaliste. Bucher parvient à parler de la nature et des hommes, de l’infiniment grand et de l’infiniment petit sans se perdre dans les clichés. Il y a un histoire captivante avec des personnages mus par un désir de sincérité et bouleversés par la nature.

Ce roman est publié au Éditions Sabine Wespieser au prix de 9€.

Publicités

2 commentaires Ajoutez le vôtre

    1. tourneur de pages dit :

      Un très bel auteur qui fait des lectures fortes de ces textes.

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s