Le revenant

Et si Baudelaire revenait dans Paris ? Aujourd’hui ? Quels regards se croiseraient ?

Dandy endetté et haschichin compulsif, il flâne tandis que sa poésie s’inspire de ses métamorphoses. Il n’est pas hasardeux d’affirmer qu’il n’existe sans doute pas de plus grand témoin d’une grande époque, traversée de plus grandes mutations, que ce crevard-là, qui se traîne, les yeux révulsés, comme halluciné, sur les pavés parisiens rendus glissants par le crachin hivernal. 

Ce court roman est un croisement étonnant. Il emprunte le chemin de l’essai littéraire, de confronter la poésie de Baudelaire à notre époque. Il prend les airs de la mode des zombies par des descriptions précises d’un corps en pleine décomposition. Mais derrière ces faux-semblants, Eric Chauvier interroge des figures de la rue. Il place Baudelaire dans le rôle d’un citoyen, homme arpentant l’asphalte et observant le monde, la société. Face à lui, des passants, qui le rejettent, sans prêter attention. Eric Chauvier va plus loin que de prouver la pertinence de la poésie de Baudelaire. Il s’intéresse à cette société, la nôtre (et son propos sera peut-être d’actualité longtemps), qui ne voit pas les poètes. L’auteur tente de comprendre les rouages d’une certaine poésie. C’est une manière d’être au monde, de déambuler, de regarder et de piocher des éléments. Bien que son corps disparaisse au fur et à mesure du livre, une force persiste, assez forte pour créer cette poésie. Est-ce que cet art irait au-delà de la chair ? Très rapidement, ce roman se transforme en rêverie, en balade digne de François Villon, dans des univers urbains. Ce que Baudelaire a imaginé, les dérives qu’il a perçues existent maintenant. La réalité rejoint ses mots, s’en approche. Le texte puise dans les images du XIXeme siècle et dans celles d’aujourd’hui pour questionner la possibilité d’accueillir le poète, l’observateur, celui qui voit au-delà. La fin terrible annonce cet impossible accueil mais témoigne également de la suprématie des mots du poète sur les actes.

Ce livre est édité par Allia au prix de 7,50€.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s