Winter Road

Derek est un pilier de comptoir tellement rongé par son passé qu’il ne supporte pas les fans l’abordant et retourne dans cette patinoire, temple de ses heures de gloire de joueur de hockey. Il erre comme une âme en peine et en panne dans cette ville de Toronto où seuls deux personnes le soutiennent et tentent de le protéger : un jeune flic et un vieil ami de sa mère. Quand il retrouve devant sa porte, sa jeune soeur, Beth, il réalise la responsabilité qui lui incombe.

winter road.jpg

Derek est un personnage très charismatique hanté par son passé. Il est lourd dans ses gestes et dans ses pas. Cette lourdeur lui apporte autant une violence destructive (contre les autres et contre lui-même) qu’une puissance dramatique. Ce personnage pourrait être caricatural mais l’arrivée de sa soeur qui souffre des mêmes maux amplifie la dramaturgie familiale. Les deux enfants qui ne sont pas encore devenus adultes portent en eux une douleur ancienne où plane l’image néfaste du père. Pour eux, le présent n’existe pas mais le futur pointe son nez malgré eux. Il y a un bonheur supposé (cette grossesse) et une fin tragique avec l’ancien copain de la soeur. Le montage alterné entre l’arrivée de cet homme et la rédemption des deux enfants place une ambiance de western. Le récit détourne les codes des genres pour accentuer les sensibilités.

winter road 1.jpg

La ligne graphique de Jeff Lemire est magnifique et élégante dans sa mise en place des décors. Les traits des personnages sont beaucoup plus secs, leurs visages sont tirés et les yeux pleins d’émotions (soit violence soit empathie). Le passé en couleurs pèse sur le présent bicolore. La lenteur du présent est hachée par cette intrusion, ce qui renforce la lourdeur des personnages. Ils pèsent sur le sol et sur leur entourage. Ils doivent réapprendre à être eux-mêmes et se relier au monde.

Cet album développe une émotion très forte grâce à des idées narratives (cet homme lourd qui fait trop de bruit en chassant) et visuelles (Derek cassant des oeufs offre un découpage ciselé). Jeff Lemire distille les douleurs secrètes avec une certaine langueur captivante pour mieux renforcer le long chemin de rédemption de Derek et Beth.

Cet album est publié par Futuropolis au prix de 28€.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s