Le manteau de Proust

En interviewant le costumier de Luchino Visconti, l’auteure découvre l’existence d’un des vêtements les plus importants de l’imaginaire proustien, le manteau. Elle décide alors de savoir comment cette relique a été conservée, par qui et ce qu’elle révèle de son célèbre propriétaire et de ses gardiens successifs.

Guérin regarde autour de lui : tout a été arraché, enlevé, pillé. « À qui appartiennent les livres dans l’entrée? » demande-t-il au vendeur qui s’apprête à aller chercher un taxi-transport pour embarquer les meubles. 

 » Ce sont les livres qui viennent de chez Marcel Proust. Madame a arraché les dédicaces, elle ne veut pas que son nom circule. »

Ce livre est tout à fait passionnant car l’auteure parvient à utiliser parfaitement son sujet, le manteau de Proust. Elle explique très bien le cheminement du vêtement et sa survie jusqu’à nos jours. Une fois le concret précisé, elle se lance alors dans le théorique et dans les motivations des personnes ayant conservé le manteau. Les passages sur la belle-soeur de Marcel Proust avouant qu’elle ne comprend pas l’oeuvre et l’importance de son beau-frère sont étonnants de franchise et de violence. Mais c’est surtout la figure de Jacques Guérin qui ressort, l’homme qui a sauvé une partie des affaires de Proust (manuscrits et mobilier). L’histoire de l’objet devient alors la biographie d’un homme, d’un passionné, d’un collectionneur. C’est une enquête sociologique captivante qui mêle littérature, passion et obsession. Lorenza Foschini rappelle l’importance de ce que le manteau représente, un pan essentiel de la littérature mondiale, une relique du monde proustien. Très rapidement, on sent même que le matériel dépasse l’humain car le manteau a connu le créateur qu’était Proust, là où les passionnés ne peuvent que le fantasmer. C’est cette part d’imaginaire, de projection autour de Proust et de son oeuvre que questionne l’auteure. Avec une écriture vive et un sens du détails, Lorenza Foschini réussit à définir Proust par ce qu’il a laissé, ses mots et son manteau.

Ce livre de Lorenza Foschini est publié par La Table Ronde au prix de 5,90€.

Publicités

2 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Je n’ai encore jamais lu Proust, mais le titre m’a tout de même intrigué. Au final, ce livre a l’air plutôt mystérieux, j’admets que je ne vois pas l’importance du manteau de Proust puisque je ne me suis pas penchée sur l’auteur du coup, mais je me dis que je pourrais quand même me laisser tentée par cette lecture. Histoire de découvrir un peu l’homme qu’il était, et peut-être me décider à lire une de ses oeuvres !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s