Le bourreau

Scénario de Mathieu Gabella

Dessin de Julien Carette

Décors de Jérôme Benoit

Couleurs  de Jean-Baptiste Hostache

Paris. Moyen Age.  Une voix nous décrit la ville. C’est celle du protagoniste, le bourreau. Il s’agit d’un homme fort et musclé, affublé d’un masque qui punit ceux qui le méritent. Il rappelle à tous que personne ne peut échapper à son destin. C’est une sorte de superhéros au don étrange. Il est aux ordres du parlement de Paris. Alors qu’il tue un homme coupable d’un meurtre de femme, il croise la route d’un saltimbanque, un bouffon. Leur combat en pleine rue et en plein jour voit la victoire de l’ennemi et le ridicule du bourreau. Son assurance hautaine se trouve légèrement fendue. En menant son enquête sur cette femme assassinée, il replonge dans son passé et tente de mieux comprendre son monde.

bourreauT1-1.jpg

Cette BD est dans la lignée d’un héros comme Batman, un homme au visage dissimulé, refusant son monde et punissant sans répit. Les deux auteurs arrivent à installer leur héros dans le décor médiéval, époque inspiratrice de nombreuses ambiances de comics actuels. C’est donc une sorte de retour aux sources. On peut même voir dans le saltimbanque, une parodie du joker. Il y a également tout un jeu sur la beauté de ce bourreau, lorsqu’il tombe le masque.

bourreauT1-4.jpg

L’histoire reprend naturellement tous les codes de la présentation d’un héros de ce type : le traumatisme de l’enfance, une formation difficile, des certitudes qui s’effondrent et un amour détruit. Le premier tome de cette nouvelle série les utilise très bien, donnant une histoire rythmée avec une fin ouverte réussie. Les décors sont splendides participant au dynamisme des scènes d’action. Quant aux dessins, ils arrivent très finement à montrer la chute de ce personnage. Sa force vient d’un don lui permettant d’assister aux scènes de crime en tenant un objet d’une victime. Mais, dans cette enquête, il semble qu’il n’est pas discerné la réalité. Découvrir que ce don pourrait lui mentir ou faillir installe un doute. Ce sentiment se retrouve dans les dessins qui montrent de plus en plus l’homme derrière le bourreau.

Cette BD est publiée chez Delcourt au prix de 14,95€.

Publicités

Un commentaire Ajoutez le vôtre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s