Abraham et Fils

C’est à Tilliers, petite ville de Beauce imaginaire, que nous plonge le roman Abraham et fils de Martin Winckler. En mars 1963, le docteur Abraham Farkas s’installe dans une grande maison avec son fils unique Franz. Pendant 18 mois, nous vivons au rythme de ces deux êtres. Ils découvrent la ville, les secrets enfouis et croisent des personnages étonnants. Toute une nouvelle vie (sentimentale, professionnelle, scolaire et culturelle) se construit autour d’eux.

Ce sont leurs voix qui nous présentent cela. Il y a celle intérieure, à la première personne, de Franz, ce garçon qui nous parle de l’école, de la bibliothèque, des aventures télé de Zorro et de ses lectures sous la couette avec une lampe de poche. Il y a également celle à la 3ème personne, le narrateur omniscient, qui nous rapproche du docteur Farkas, cet homme attentif et à l’écoute. L’alternance de ces deux moyens narratifs permet de voyager à travers cette grande maison, cette ville et ces personnages qui se révèlent lentement aux lecteurs.

Derrière tous ces moments de vie, il y a le drame qui pèse sur l’amour entre ce père et ce fils. Franz n’a plus de souvenir précis avant ses 8 ans. Sa mère a disparu au même moment. A l’origine de tout cela, un accident. Mais le garçon n’en sait pas plus. Abraham n’arrive pas à lui en parler. Ce douloureux secret est le fil rouge de ce roman qui est un hymne à la vie. Il y a la guerre, l’actuelle en Algérie, l’ancienne en 39-45. Mais il y a l’amour qui se construit et se renforce entre cet homme et son fils, l’affection entre Franz et ses copains d’école, la relation particulière entre Abraham et ses nouveaux patients, l’innocence de l’enfance,…

Ce roman de Martin Winckler est passionnant et porté par un souffle romanesque saisissant. Ici, pas d’anecdotes éparses mais des moments forts et marquants. Martin Winkler, en installant cette histoire fictive dans un environnement familier (la ville et la maison sont des copies des lieux de son enfance), donne beaucoup de force aux moindres découvertes de Franz. Le roman est drôle, profond et touchant avec parfois quelques accents policiers. Abraham et son fils se retrouvent par hasard à mener une enquête historique sur un évènement a bouleversé les mentalités de Tilliers pendant la deuxième guerre mondiale. Cette enquête posthume leur apprendra beaucoup sur la nécessité de dialoguer. Ce roman est un livre de découvertes grâce auxquelles Franz, à l’image de la Zazie de Queneau, peut avouer qu’il a grandit.

En fin de roman, l’auteur remercie tous les personnes qui l’ont inspiré, surtout des auteurs qui ont émerveillé et émerveillent toujours. Ce roman est un bel hommage aux enfants qui adorent les histoires et à ces créateurs qui leur racontent.

Ce roman de Martin Winkler est publié chez P.O.L. au prix de 22.90€.

Publicités

Un commentaire Ajoutez le vôtre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s